5 outils de TAO que tout traducteur devrait utiliser

Après avoir abordé dans un précédent article, la différence entre la traduction automatique (TA) et la traduction assistée par ordinateur (TAO). Voyons aujourd’hui plus en détail les outils linguistiques de TAO (CAT tools en anglais). Le kit indispensable de tout traducteur professionnel pour un service de traduction rapide et de qualité !

1. Logiciels de mémoire de traduction

Le plus connu des outils de TAO est le logiciel de mémoire de traduction (translation memory software). Les logiciels de mémoire de traduction divisent les textes à traduire en unités appelées “segments”. A mesure que le traducteur avance dans la traduction de son document, le logiciel emmagasine dans une base de données les segments déjà traduits. Lorsque le logiciel reconnaît un nouveau segment comme similaire à un segment déjà traduit, il le propose au traducteur pour qu’il puisse le réutiliser. Certains programmes de mémoire de traduction ne fonctionnent pas avec des bases de données créées au fur et à mesure de la traduction mais avec des documents de références chargés au préalable.

Quelques exemples de logiciels utilisant les mémoires de traduction: Trados Workbench, DéjàVuX, SDLX, Star Transit, MultiTrans, Similis, MetaTexis

2. Moteurs de recherche linguistiques

Les moteurs de recherche linguistiques (language search-engine software) ont un fonctionnement similaire à celui des moteurs de recherche traditionnels, à cela près qu’ils ne cherchent pas des résultats sur internet mais dans une grande banque de données de mémoires de traduction. L’objectif est d’y trouver des fragments de textes déjà traduits qui correspondent au nouveau texte à traduire. Linguee, un dictionnaire contextuel multilingue, est l’un d’entre eux.

3. Programmes de gestion terminologique

Parmi les outils de TAO, on trouve également les programmes de gestion terminologique (terminology management software). Ces derniers donnent la possibilité au traducteur de rechercher automatiquement dans une base de données les termes apparaissant dans le document à traduire. Certains de ces systèmes permettent au traducteur d’ajouter de nouvelles paires de mots concordants dans la base de données et offrent des fonctionnalités de vérification d’un texte. Le traducteur peut alors contrôler si tel ou tel terme a été traduit de manière correcte et cohérente sur la totalité d’un projet. Trois exemples de logiciels de gestion terminologique: SDL MultiTerm, LogiTerm et Termex.

4. Logiciels d’alignement

Les programmes d’alignement de textes (alignment software) permettent de construire une mémoire de traduction à partir d’un texte en version source et cible: le logiciel divise les deux textes en segments et tente de déterminer quels segments concordent. Le résultat de cette opération peut alors être importé dans un logiciel de mémoire de traduction pour de futures traductions. Quatre exemples de logiciels d’alignement: Bitext2,Tmx Bligner, YouAlign et LF Aligner.

5. Traduction interactive automatique

La traduction interactive automatique (interactive machine translation) ressemble un peu aux logiciels que vous utilisez sur votre téléphone portable pour rédiger des messages: le programme tente de prédire comme le traducteur humain va traduire une phrase ou un fragment de phrase.

D’autres programmes linguistiques d’aide à la traduction

Notons, pour terminer, ces quelques autres logiciels linguistiques utiles au traducteur:

  • Les correcteurs d’orthographe (Antidote, Cordial Pro).
  • Les correcteurs grammaticaux (BonPatron, Reverso).
  • Les bases de données terminologiques ou dictionnaires on-line, telles que TERMIUM Plus, le Grand dictionnaire terminologique ou IATE;
  • Les outils de recherche “full-text” et d’indexation, permettant d’effectuer des recherches dans des textes déjà traduits ou des documents de référence de tous types, comme par exemple ISYS Search Software, dtSearch Desktop et Naturel.
  • Les logiciels de concordance, qui sont des outils de référence servant à chercher un mot accompagné de son contexte, que ce soit dans un corpus monolingue, bilingue ou multilingue (comme un bitext ou une mémoire de traduction). Exemple: Concordance.
  • Les logiciels de gestion de projet à l’instar de Memsource, permettant au directeur de projet d’une société de traduction de structurer des projets de traduction complexes en assignant des tâches à différents traducteurs professionnels et d’effectuer un suivi de l’avancée de ces travaux.

Découvrez nos services de traduction 

Rate this post