7 techniques de traduction pour faciliter votre travail

S’il existe différents types de traduction et différentes méthodes de traduction, il y a aussi différentes techniques de traduction.

Aujourd’hui, parlons des techniques de traduction, si vous le voulez bien. Car s’il existe différents types de traduction et différentes méthodes de traduction, il y a aussi différentes techniques de traduction.

Quelle différence y a-t-il entre une méthode et une technique de traduction ? En fait, c’est très simple : la méthode de traduction concerne le texte dans son entier à traduire, tandis que la technique de traduction variera au cas par cas à l’intérieur d’un même texte, en fonction des éléments lexicaux ponctuels à traduire. La taxinomie classique des procédés de traduction remonte à l’année 1958, et c’est à J.-P. Vinay et J. Darbelnet que nous la devons. Elle compte sept catégories :

1. L’emprunt

L’emprunt est un procédé de traduction consistant à utiliser un mot ou expression du texte source dans le texte cible. L’emprunt se note généralement en italiques. Il s’agit en fait de reproduire telle quelle une expression du texte original. En ce sens, c’est une technique de traduction qui ne traduit pas…

Exemple : Le gaucho portait un sombrero noir et une bombacha usée par le temps.

2. Le calque

Lorsqu’un traducteur recourt au calque lexical, il crée ou utilise un néologisme dans la langue cible en adoptant la structure de la langue source.

Exemple : L’allemand handball se traduit en espagnol par balonmano, ou l’anglais skyscraper se traduit en français par gratte-ciel.

3. La traduction littérale

C’est ce qu’on appelle classiquement la traduction métaphrastique, ou métaphrase. Il s’agit d’une traduction mot à mot aboutissant à un texte, dans la langue cible, à la fois correct et idiomatique. Selon Vinay et Darbelnet, la traduction littérale n’est possible qu’entre langues au bénéfice d’une grande proximité culturelle. Elle n’est acceptable que si le texte traduit garde la même syntaxe, le même sens et le même style que le texte d’origine.

Exemple : Quelle heure est-il ?What time is it?

4. La transposition

La transposition consiste à passer d’une catégorie grammaticale à une autre sans que pour autant le sens du texte ne change. Cette technique introduit un changement de structure grammaticale.

Exemple : The President thinks that Selon le Président

5. La modulation

La modulation consiste à faire changer la forme du texte par une modification sémantique ou de perspective.

Exemple : Tal vez tengas razón. ⇒ Tu n’as peut-être pas tort.

6. L’équivalence

L’équivalence est un procédé de traduction par lequel une réalité équivalente est rendue par une expression entièrement différente. Cette technique peut être utilisée pour traduire des noms d’institutions, des interjections, des expressions toutes faites ou des proverbes.

Exemple : Chat échaudé craint l’eau froide.Él que se quemó con leche ve la vaca y llora.

7. L’adaptation

L’adaptation, également appelée substitution culturelle ou équivalent culturel, consiste à remplacer un élément culturel du texte original par un autre, plus adapté à la culture de la langue cible. Ceci permettra de rendre le texte plus familier et compréhensible.

Exemple : baseballfootball

Depuis les années 1960, différents auteurs (Michel Ballard, Hélène Chuquet, Michel Paillard, etc.) ont signalé d’autres procédés de traduction tels que l’explicitation (on apporte des précisions dans le texte de la langue cible), la collocation (l’utilisation d’une suite de mots habituellement utilisés ensemble dans la langue cible) et la compensation (ne pas rendre une allusion ou une connotation dans une partie du texte et compenser en la faisant apparaître plus loin).

Découvrez notre agence de traduction.