5 conseils pour devenir traducteur financier

Quelques traducteurs astucieux font le choix de devenir traducteur financier. Voici cinq conseils pour vous spécialiser dans la traduction financière.

Beaucoup de traducteurs commencent comme généraliste puis se spécialisent dans des domaines plus pointus comme la traduction médicale, juridique ou encore financière. Les traducteurs financiers interviennent dans toutes les formes d’activités bancaires, fiscales, boursières et plus généralement économiques. S’ils sont de plus en plus demandés et leurs salaires attractifs, devenir traducteur financier n’est pas à la portée du premier venu…Voici quelques conseils pour vous spécialiser dans la finance.

1. Formez-vous, en traduction comme en finance

Un diplôme universitaire est généralement requis pour qui veut entreprendre de devenir traducteur. Vous avez le choix entre suivre une formation universitaire en linguistique et traduction ou bien d’obtenir un diplôme dans les différentes matières financières qui vous intéressent davantage, en intégrant une école de commerce et de gestion ou en suivant un cursus d’études comptables et financières…que vous pourrez mettre à profit plus tard pour développer des compétences en traduction.

2. Maitrisez votre domaine de compétence

Être traducteur financier c’est avoir l’expérience nécessaire pour déchiffrer des rapports de gestion de fonds d’investissement, des analyses boursières ou bien des études macroéconomiques dans des domaines aussi variés que la finance, l’assurance, la comptabilité, l’audit…alors autant savoir de quoi vous parlez ! En d’autres termes, le traducteur financier est également un comptable, un boursicoteur, un assureur…Pour se tenir au fait des derniers événements, mettez vous à la presse anglophone ! Forbes, le Financial Time, le Wall Street Journal, pour les plus connus, ou encore The Economist et Business Week sont des références incontournables du monde de la finance.

3. Identifiez vos limites et priorités

Il vous faut poser les bonnes questions avant de vous lancer. Combien de temps êtes-vous prêt à consacrer à votre formation ? Êtes-vous capables d’endosser des responsabilités là où se jouent parfois des millions? Jusqu’où êtes-vous prêt à aller ? Vous devez d’abord faire vos preuves en tant qu’expert avant de montrer vos talents de traducteurs. La formation peut-être longue mais le jeu en vaut la chandelle. En 2011, le salaire hebdomadaire moyen dans ce secteur était de 1230$.

4. Soyez mobile

Le monde de la finance est toujours en mouvement. Des tabloïdes aux taux de conversions de devises, il vous faudra vous adapter en permanence aux changements de variables. Si vous êtes ambitieux et souhaitez travailler pour de grandes compagnies financières ou banques d’assurances, il vous faudra évoluer au grès des courbes et des graphiques, vous obligeant parfois à changer de région et à vous installer là où se concentre votre activité!

5. Rejoignez des associations de traducteur financier

Certaines entreprises peuvent demander à ce que le traducteur soit membre d’une association de traducteurs, terminologues et interprètes financiers. Ceux qui ne seraient pas diplômés de ces institutions peuvent obtenir des équivalences. Mais ces associations forment aussi un réseau intéressant qui peut vous permettre de trouver plus efficacement un emploi ou pourquoi pas de créer votre propre cabinet de traducteurs financiers.

C’est un profil de plus en plus recherché par les différentes institutions financières et les revenus peuvent rapidement devenir élevés pour ceux qui cumulent les spécialités linguistiques et financières.

Découvrez notre agence de traduction.