Saint Jérôme : le saint patron de vos traductions

Qu’est-ce qui lie un certain Eusèbe Sophronius Hieronymus Stridonensis, né au IVe siècle en Croatie actuelle, et votre agence de traduction ?

Petite devinette : quel est le rapport entre un certain Eusebius Sophronius Hieronymus Stridonensis, né au IVe siècle dans l’actuelle Croatie, et votre agence de traduction ?

Salut, moi c’est Eusèbe

Si on vous dit que le petit Eusèbe est né un beau jour de 347 dans le joli domaine que ses parents avaient à la frontière de la Pannonie et de la Dalmatie, cela vous aide-t-il ? Non ? Et si l’on ajoute qu’à douze ans il part étudier à Rome, où il devient fan des écrits de Cicéron ? Toujours pas ? Qu’en 375 il part faire pénitence en raison de son penchant pour la littérature païenne dans le désert syrien ? Que trois ou quatre ans plus tard, il est ordonné prêtre à Antioche ? Qu’en 382 il retourne à Rome où il devient conseiller du Pape Damase 1er ? Que celui-ci lui demande de revoir la traduction latine de la Bible ?

Joyeux anniversaire Jérôme !

Un dernier élément de réponse : le 30 septembre, on fête (en grande pompe) la Saint-Jérôme. Or, saint Jérôme n’est autre que le nom de scène de notre ami Eusebius… Vous l’aurez maintenant compris : lorsque les professionnels zélés de votre agence de traduction spécialisée préférée se trouvent lost in translation, ils font certes appel aux ressources quasiment inépuisables de nos services linguistiques. Mais ils adressent également une discrète prière à Saint Jérôme. Le saint patron des traducteurs. Celui qui trouve des traductions aux expressions intraduisibles, qui fournit des glossaires hyper spécialisés pour cette traduction médicale très pointue, qui instaure des heures de soixante-dix minutes pour cette autre traduction urgente d’un rapport financier, qui restaure les fichiers corrompus…

Jérôme de Stridon, leader sur le marché de la traduction biblique

Jérôme de Stridon est un des premiers exégètes à recourir aux versions en hébreu des textes bibliques pour leur interprétation. Cette démarche est à l’époque une nouveauté méthodologique dans le christianisme qui se basait jusqu’alors sur la Septante (version grecque) et ses traductions. Les connaissances linguistiques de Jérôme lui permettent de créer une traduction unifiée de la Bible. Cette version, connue sous le nom de Vulgate, deviendra la Bible officielle à partir du Concile de Trente (XVIe siècle). Cela vaut bien une dédicace, non ?

Tout cela est bien beau, me direz-vous. Cependant, est-ce donc à dire que vos documents sont à la merci du bon vouloir transcendantal d’un moine mort et enterré il y a seize siècles ? Loin s’en faut. Votre traduction juridique, marketing ou dans un quelque autre domaine est entre de bonnes mains, ni saintes ni squelettiques. Il s’agissait juste de faire un clin d’œil à Jérôme. On ne sait jamais, cela peut toujours servir…

Découvrez nos services de traduction.