Traduction : on connaît la chanson !

Le monde de la musique est aussi dirigé à l’international. Et qui dit international dit traduction ! Gros plan sur la traduction de vos chansons favorites.

Aujourd’hui, oublions un peu la traduction juridique et la traduction financière pour faire une petit tour dans le monde merveilleux de la traduction musicale. Gros plan sur la traduction et l’adaptation de vos chansons favorites.

Les différents types de traductions de chansons

Les adaptations de chansons pour d’autres zones linguistiques sont fréquentes, et plus encore depuis que lesdites zones s’appellent des marchés. On peut diviser ces versions en deux groupes : la reprise par l’interprète original et la reprise par un autre interprète. Dans le premier cas, il s’agit généralement de la commercialisation d’une version en tout point similaire à l’originale (chanteur, instrumentation, etc.), à cela près que les paroles ont été traduites. Dans le deuxième cas, musicalement plus intéressant, c’est un autre interprète qui, souvent des années plus tard, reprend une chanson, se l’approprie et l’adapte dans sa langue. Voyons quelques exemples de ces deux cas.

La reprise par l’interprète original : l’exemple de l’adaptation à l’espagnol

Le problème d’une reprise par un même chanteur est souvent que performance vocale et malléabilité du palais ne vont pas de forcément de pair. Bien que l’équivalence entre texte source et texte cible soit respectée, les chansons traduites seront souvent incompréhensibles pour les auditeurs du marché cible (puisque c’est bien de cela qu’il s’agit). Si ce n’est pas le cas d’Eros Ramazzotti avec son La Cosa Mas Bella, c’est en revanche franchement le cas de cette version en espagnol du tube des années 90 de Bon Jovi, Cama de rosas. On reste dans la même décennie avec Michael Jackson et son Todo Mi Amor Eres Tú, Bryan Adams et Todo lo que hago lo hago por ti, Erasure et Siempre, sans oublier Scorpion et leurs classiques Vientos de cambio. Mentionnons également les tentatives espagnolisantes de Madonna (Lo que siente la mujer), Cristina Aguilera (Genio atrapado) ou encore les Backstreet Boys (Donde quieras yo iré) ainsi que, pour terminer, la compilation de Roxette parue en 1996 et intitulée fort à propos Baladas en Español.

La reprise par un autre interprète : l’exemple de l’adaptation à partir du français

Si la reprise en français de succès anglo-saxon a été très en vogue chez les yéyés, la chanson française a également su susciter des adaptations à travers le monde. La plus connue est probablement Comme d’habitude, de Claude François, adaptée sous le titre My Way par Frank Sinatra et reprise des milliers de fois par la suite. Cependant, d’autres exemples peuvent également être cités ici:

  • Daniel Balavoine, S.O.S. d’un terrien en détresse ⇒ Peter Kingsbery, Only the very best
  • Nicoletta, Il est mort le soleil ⇒ Ray Charles, The sun died
  • Jacques Brel, Amsterdam ⇒ David Bowie, Port of Amsterdam
  • Plastic Bertrand, Ça plane pour moi ⇒ Elton Montello, Jet Boy, Jet Girl
  • Gilbert Becaud, Et maintenant ⇒ Frank Sinatra, What now my love
  • Gilbert Bécaud, Je t’appartiens ⇒ Elvis Presley, Let It be me
  • Charles Trénet, La Mer ⇒ Bobby Darin, Beyond the sea

Cela dit, il existe évidemment des adaptations du français vers des langues autres que l’anglais. Mentionnons par exemple:

  • France Gall, Poupée de cire, poupée de son ⇒ Hirota Mieko, Yumemiru chanson ningyo (d’après une version japonaise chantée par France Gall elle-même)
  • Michel Polnareff, La poupée qui fait non ⇒ Quelli, La Bambolina Che Fa No No No
  • Georges Brassens, La mauvaise réputation ⇒ Paco Ibañes, La mala reputación
  • Jacques Brel, Ne me quitte pas ⇒ Marlène Dietrich, Bitte geh’nicht fort

Découvrez notre société de traduction.