Voyager au Canada : les différences culturelles

Les différences linguistiques et culturelles entre le Canada et la France sont loin d’être insurmontables et peuvent même être source d’amusement.

Si vous souhaitez découvrir la culture canadienne mais craignez de ne pas pouvoir faire face aux différences culturelles, cette page saura vous renseigner et surtout vous rassurer, que ce soit au sujet des différences culturelles avec la France, des langues parlées au Canada, des formalités administratives ou de l’AVE Canada.

Les différences linguistiques et culturelles sont loin d’être insurmontables. Le français du Québec présente tout de même des difficultés, principalement liées à une évolution différente du vocabulaire, des expressions quotidiennes et de l’accent. Cette évolution est la combinaison d’une survivance du français classique et de la proximité avec les États-Unis anglophones. Une fois ces points bien en tête, vous pourrez découvrir en toute sérénité le charme du pays canadien, dans toute son altérité culturelle, en appréciant les différences notables avec la France. Le tourisme francophone vous ouvre ses portes, si proche et en même temps si dépaysant.

Quelles sont les différences culturelles que l’on peut rencontrer au cours d’un voyage au Canada ?

Vous souhaitez partir à l’étranger en pratiquant le tourisme francophone ou vous dépayser sans changer de langue?  Alors le Canada est une destination qui vous conviendra tout à fait. Cependant, connaître les différences culturelles et linguistiques entre la France et le Canada sera un plus pour votre voyage. Vous trouverez ici les informations nécessaires pour aborder votre séjour en toute sérénité et vous permettre de découvrir la culture canadienne.

Les différences linguistiques entre le Canada et la France

Il existe deux langues officielles au Canada : le français et l’anglais. La province de Québec est principalement francophone, et le reste du pays est à majorité anglophone. Si on a constaté l’arrivée de nombreux francophones au Québec ces dernières années, le français canadien a des particularités linguistiques qu’il faut prendre en compte.

Le français canadien est tout à fait compréhensible, vous pourrez communiquer sans difficulté. Mais certains éléments peuvent compliquer l’échange. Il faut savoir notamment que l’accent est beaucoup plus nasal que l’accent français (et certains sons se prononcent différemment : t devient tz et d devient dz devant le i et le u). À l’oral vous noterez d’autres différences, comme la féminisation des mots à initiales vocaliques, la facilité à tutoyer ou l’usage de la particule interrogative « tu », par exemple.

Vous pouvez surtout avoir des difficultés pour saisir le sens de certains mots ou expressions du quotidien. Les Canadiens s’appuient sur le français classique et, contrairement à nous, résistent aux anglicismes. Par exemple, nous avons des panneaux stop, mais ils parlent de « panneaux rouges ». Nous parlons d’e-mail, à l’anglaise, ou de courriel, mais pour eux il s’agit forcément de courriel. Le chat en ligne est pour les Québécois du « clavardage » et le shopping du « magasinage ». Cependant, on trouve dans le français québécois beaucoup de traductions littérales de l’anglais. Plusieurs expressions du quotidien sont ainsi issues de l’anglais. Par exemple, on dit « parler à travers son chapeau » pour signifier « parler à tort et à travers », ce qui est la traduction littérale de l’expression anglaise. De même, « tomber en amour » est la traduction littérale de l’anglais « to fall in love ».

Il existe des dictionnaires et des guides de français québécois, il peut donc être utile de vous en procurer un avant votre voyage pour ne pas vous tromper sur le choix du vocabulaire utilisé et apprécier au maximum le charme du pays. Certains choix de mot peuvent être importants, c’est dans le vocabulaire que résident les principales différences  avec la France. Par exemple, si les « gosses » est utilisé en France pour parler des enfants, au Canada ce mot désigne les testicules. « Une camisole » désigne un débardeur, quelqu’un d’« épais » est quelqu’un de stupide, et non en surpoids. Beaucoup connaissent également le mot « char » qui désigne une voiture, mais d’autres mots sont eux aussibien différents. Il serait difficile de deviner qu’une « pitaneuse » est une calculatrice, ou qu’une « brocheuse » est une agrafeuse. Les onomatopées aussi peuvent être différentes : par exemple, quand nous exprimons notre dégoût avec « beurk », eux disent plutôt « ouache ».

Les formalités administratives

Pour aller au Canada par avion, vous aurez besoin de déposer une demande de visa Canada appelée AVE (Autorisation de Voyage Électronique). Cette autorisation de voyage est obligatoire pour les Français. Vous pouvez déposer votre demande sur le site officiel canadien. Notez que l’autorisation de voyage électronique vous permet de rester au Canada pendant 90 jours consécutifs, et remplace le visa habituel. Ce document est valide pendant cinq ans maximum. Il est lié à votre passeport, donc si vous changez de papiers d’identité il faudra demander une nouvelle AVE. Vous pouvez aller au Canada avec votre AVE plusieurs fois pendant sa durée de validité. Notez cependant que l’AVE ne vous garantit pas forcément l’entrée au Canada, cette décision reviendra à l’agent qui vous accueillera à votre arrivée à l’aéroport. Pour plus de renseignements, vous pouvez consulter cet article au sujet des questions réponses sur le evisa pour le Canada.

Découvrez notre bureau de traduction.