Nos 5 conseils pour apprendre – et retenir – son vocabulaire

Étudiants ou professionnels dans les secteurs des langues, de la traduction ou de l’interprétation ou sont souvent confrontés au même problème : ils adorent pratiquer leur langue, améliorer leur accent et leur fluidité, mais détestent étudier leur vocabulaire. Pourtant, cette étape est cruciale et inévitable dans le processus d’apprentissage. Plus encore, les interprètes, à l’agenda de ministre, font face à une contrainte temporelle et doivent « tout savoir » sur « tous les sujets ». Si vous aussi vous ne savez plus quelle méthode utiliser pour apprendre votre vocabulaire de façon rapide et efficace, suivez nos 5 conseils.

Le système des flashcards

Pour une première approche du vocabulaire, reposez-vous sur des programmes de flashcards tels que Supermemo ou Anki. Sur la base d’un algorithme, ces logiciels vous proposent un terme dont vous devrez fournir la traduction et une appréciation de votre maîtrise de celui-ci (facile, moyen ou difficile), avant de passer au terme suivant et en revenant régulièrement sur les mots moins bien connus.
Avantages : vous trouverez de nombreux glossaires collaboratifs en ligne, vous épargnant ainsi la préparation de vos propres lexiques. Cette méthode, si elle est appliquée régulièrement et avec sérieux, permettra d’ancrer le vocabulaire dans votre mémoire à long terme.

Les moyens visuels et mnémotechniques

Il existe une pléthore de moyens mnémotechniques qui vous permettront de retenir à peu près tout et n’importe quoi. En réalité, la capacité de mémorisation du cerveau n’a absolument aucune limite, contrairement aux idées reçues à ce sujet. Rendre un terme plus visuel, le ridiculiser, l’employer dans un contexte particuliers, etc. sont autant de façons de vous en souvenir autrement. Finies les listes de vocabulaire sans fin et ennuyeuses, place aux couleurs, aux polices nouvelles, aux gras, souligné, italique,… Évitez les listes de plus de 5 à 10 mots, regroupez plutôt les termes par catégorie grammaticale ou par thème. Et surtout, ne pensez pas que vous apprendrez 500 combinaisons en un après-midi. Essayez plutôt de les étudier par tranches de 15 en faisant des pauses.

Écrire et répéter

Dans le même ordre d’idée que les façons atypiques de s’imprégner du vocabulaire, écrivez-le sous toutes les formes possibles et imaginables, récitez-le à voix haute, criez-le, chantez-le, faites-lui subir toutes les distorsions envisageables. Rendez-le ridicule en le prononçant avec un accent ou différentes intonations. Plus vous sortirez le mot de son contexte et plus il vous fera rire, plus l’apprentissage sera aisé. Si vous choisissez une forme sur papier, écrivez ou dessinez le terme difficile à retenir en grand et placez-le à un endroit stratégique afin que votre regard se pose systématiquement dessus.

Contextualiser

Mettez-vous dans la peau de l’interprète. Tout comme vous pouvez sortir un mot de son contexte, vous pouvez aussi, au contraire, vous plonger pleinement dans celui-ci. Vous vous rendez à un colloque de chimie ? Prenez-vous pour un petit chimiste, élaborez des discours remplis de jargon technique, utilisez tout ce vocabulaire… dans son contexte. Autres astuces : faites des jeux de rôle, de la traduction à vue dans le domaine en question, simulez une conférence ou cherchez des vidéos à interpréter.

Le mind-mapping

Toujours dans l’optique de mettre votre apprentissage en pratique, couchez toutes vos connaissances sur le domaine sur papier. D’excellentes applications gratuites, telles que FreeMind, vous aideront à réaliser votre propre mind-mapping. C’est-à-dire, un schéma en arbre, en plan, en cercle ou autre, reprenant différentes branches sur les différents aspects d’un thème en particuliers. En plus de vous permettre de faire le point sur votre préparation, dans le cas de l’interprétation, vous contextualisez et mettez en pratique encore une fois votre vocabulaire.
D’ailleurs, on estime qu’il faut utiliser un terme sept fois avant qu’il ne s’inscrive efficacement dans la mémoire. Finalement, rien de mieux que la pratique, pas vrai ?

Découvrez notre  agence de traduction