La localisation, bien plus que de la traduction…

La localisation est un procédé de plus en plus utilisé, mais de quoi s’agit-il et en quoi se différencie-t-il de la traduction ?

Le terme localisation est une transposition du mot anglais localization, aujourd’hui largement utilisé dans le monde de la traduction au détriment de son équivalent « régionalisation ». Il s’agit du procédé d’adaptation d’un produit à une région donnée. La localisation ne se limite donc pas à un simple service de traduction.

La localisation est souvent précédée de ce qu’on appelle l’« internationalisation ». Il s’agit d’une étape préalable qui consiste à concevoir un produit dénué autant que possible de spécificités culturelles. Il sera dès lors bien plus facile à localiser à grande échelle, et à moindre coût.

La localisation est-elle comparable aux services de traduction ?

Plus qu’une simple transposition d’une langue à une autre, la localisation implique également l’adaptation culturelle complète d’un produit à son marché cible. Il ne s’agit donc pas seulement de transmettre un message, mais bien des intentions. Le traducteur doit posséder une maitrise parfaite de la langue cible, mais aussi du sujet, des termes techniques spécifiques, du marché, de la cible, etc. Au-delà des mots, ce procédé d’adaptation consiste également à modifier, entre autres, les formats d’adresse, de calendrier, d’heure, les symboles monétaires, les unités de mesure et les couleurs. Autant de facteurs qui rendent cette opération très complexe.

La localisation, puissant outil marketing

La localisation permet d’ouvrir aux entreprises les portes d’un marché international. Il ne faut cependant pas s’y jeter tête baissée, car une simple erreur commise par un traducteur, ou un traducteur automatique, pourrait avoir des conséquences fâcheuses sur l’image de l’entreprise. Prenons l’exemple de la campagne publicitaire lancée par la marque scandinave « Electrolux » aux États-Unis afin de promouvoir ses aspirateurs. Le slogan utilisé « Nothing sucks like an Electrolux », traduit littéralement, signifie « Rien n’aspire comme un Electrolux ». Malheureusement pour eux, aux États-Unis, l’expression « it sucks » a également une tout autre signification : « ça craint ». Ce genre de malentendu fait certes rire, mais peut décrédibiliser entièrement une marque.

La localisation ne se résume pas à contourner des problèmes d’ordre linguistique, elle permet également d’éviter des problèmes culturels. Prenons cette fois l’exemple d’une marque de soda qui avait diffusé une publicité en Inde dans laquelle on pouvait voir un petit garçon servir cette boisson à des joueurs de football. Ce spot avait été interprété comme faisant l’apologie du travail des enfants et avait abouti sur des poursuites judiciaires.

Un exemple : la localisation de jeux vidéo

La localisation de jeux vidéo est une autre branche de ce domaine à laquelle on ne pense pas souvent mais qui est pourtant très importante. En effet, il n’est généralement pas suffisant de traduire les dialogues, les menus ou la notice d’utilisation. Les traducteurs ont parfois recours à des modifications de l’histoire ou à des explicitations afin de s’adapter à une autre culture. C’est un travail complexe et les agences de traduction font souvent appel à des traducteurs jouant eux-mêmes à des jeux vidéo pour le réaliser, à l’instar d’Antoine.

Tous ces exemples illustrent parfaitement l’importance de la localisation, surtout de nos jours où, avec la mondialisation, les marchés tendent à s’ouvrir aux autres pays, aux autres cultures. La localisation doit donc prendre en compte les sensibilités locales afin de s’adapter au marché et toucher le public ciblé.

Découvrez notre agence de traduction.