Les différents champs d’application de la localisation

Comme nous l’avons expliqué dans un précédent article sur ce blog, la localisation est un processus de traduction par l’adaptation culturelle et normative du support exporté. En d’autres termes, afin de commercialiser un produit à l’étranger, il convient de l’adapter au public cible, à savoir la population du pays dans lequel on souhaite étendre son marché.

Différences avec la traduction

A l’image de la traduction, la localisation est comptée en mots et relue par un réviseur. D’ailleurs, certaines agences de traduction en font leur spécialité. Pourtant, contrairement à une idée préconçue, la localisation est bien plus qu’une traduction de luxe de sites web ou de logiciels. Pour pénétrer un marché, il faut cerner les moindres détails des us et coutumes locales en menant une étude socio-culturelle sur le public cible pour que le lecteur ou l’utilisateur ne se rende pas compte qu’il s’agit d’une traduction. De plus, les localisateurs disposent de compétences et de connaissances en informatique, en codage, et même en graphisme.

Application aux jeux vidéo

Si on parle énormément de localisation dans les jeux vidéo, c’est parce qu’ils s’adressent à un public hétéroclite. Pour créer un jeu vidéo, on fait appel à un grand nombre de personnes, chacune spécialisée dans un domaine en particulier, provenant des quatre coins du monde et toutes les procédures seront réalisées – généralement – en anglais. On se retrouve donc avec un produit fini extrêmement mondialisé, qu’il faut adapter à l’imaginaire du gameur : on choisira des thèmes, des couleurs, des musiques, des dialogues adaptés aux attentes du consommateur final, et ce pour chaque pays ou région dans laquelle sera commercialisé le jeu.

Autres domaines d’application

Certes la localisation rime très souvent avec jeux vidéo, mais le localisateur a l’embarras du choix quand il s’agit de trouver un environnement de travail. Il doit être capable de s’adapter à un large panel d’activités allant du littéraire au très technique.
En marketing, la localisation est un jalon crucial pour toute entreprise qui souhaite s’exporter. Dans un premier temps, il convient d’effacer toute trace de nationalisme en internationalisant son produit, avant de le cibler vers une nouvelle culture par le processus de localisation. Le produit doit parler au client, comme s’il avait été façonné rien que pour lui ; plus il se rapprochera de la personnalité du consommateur, par la langue mais aussi par les jeux de mots et les références, plus celui-ci aura tendance à acheter.

Exemples

La localisation touche un large panel de domaines parmi lesquels on compte notamment : les applications smartphone, la publicité, les logiciels, les sites web, tout type de contenu multimédia, mais aussi des documents techniques, médicaux, juridiques, scientifiques, des manuels, des brochures en tous genres, des références à des événements, lieux ou personnes, et surtout, pour ce qui relève du non textuel ; les formats heure/date, les devises, les pictogrammes, les couleurs, les unités de mesure,…
Par exemple, les concessionnaires automobiles adaptent la vitesse soit en km/h soit en mph, selon le lieu de commercialisation du véhicule ; l’application mondialement connue Snapchat propose des filtres avec les noms des villes dans lesquelles se trouve l’utilisateur ; les sites d’achat en ligne adaptent les devises de payement ; en publicité, le localisateur révolutionne les slogans pour qu’ils touchent personnellement à la culture cible par des jeux de mots ou des références, il remplacera une chaîne de restaurant connue au Etats-Unis par une autre plus commune ailleurs, etc.
La traduction de logiciels est également prisée des localisateurs. Dans ce contexte, elle consiste à prendre en compte les drapeaux, les codes de langues, les graphismes, les menus déroulants. Comme en traduction, il convient de respecter à la lettre les aspects esthétiques de base, choisis par les concepteurs du programme, ainsi que les droits d’auteur, la confidentialité et la protection des données.
La localisation va encore plus loin que la traduction puisqu’il arrive qu’elle travaille sur les régionalismes. En effet, il existe de nombreuses variétés d’espagnol et de chinois, par exemple, et il convient d’adapter le vocabulaire choisi selon ces variantes linguistiques.

Découvrez notre service de localisation