Interprétation simultanée VS interprétation consécutive

L’interprétation existe sous forme de différentes méthodes. Apprenez-en plus sur les deux principales : la simultanée et la consécutive.

L’interprétation est un métier trop souvent méconnu et confondu avec la traduction. Rappelons-le, l’interprétation se limite à la communication orale, tandis que la traduction porte uniquement sur les textes écrits. Bien, entrons maintenant dans le vif du sujet. L’interprétation se divise en différentes branches. Car non, les interprètes ne sont pas toujours assis dans leur petite boîte avec un casque et un micro. Dans la profession, on varie les plaisirs ! Aujourd’hui, nous allons nous pencher sur les deux modes principaux : la simultanée et la consécutive.

Interprétation simultanée ou interprétation consécutive ?

L’interprétation simultanée est la traduction orale d’un discours à mesure qu’il se déroule. L’interprète, installé dans une cabine insonorisée, entend au moyen d’un casque un discours qu’il traduit en temps réel. Ses auditeurs l’entendent par le biais d’oreillettes. Il s’agit du type d’interprétation le plus fréquemment employé car ses avantages en termes de gain de temps sont indiscutables. Si le matériel est présent, la simultanée sera toujours favorisée. Soulignons par ailleurs que les termes « interprétation de conférence » et « interprétation simultanée » sont aujourd’hui souvent utilisés de manière interchangeable.

L’interprétation consécutive, quant à elle, exige peu de matériel. Un stylo et un carnet de notes suffiront. Le principe est simple : l’orateur s’exprime, l’interprète l’écoute, prend des notes et restitue ensuite le discours dans la langue cible. Le rôle de la prise de notes a considérablement évolué au fil du temps. En effet, durant les années cinquante et soixante, quelques interprètes talentueux reproduisaient des discours de vingt à trente minutes uniquement à l’aide de leur mémoire. Aujourd’hui, les interprètes ont recours à trois principaux outils : la mémoire, la culture générale et la prise de notes.


Devis d’interprétation gratuit

Remplissez ce formulaire afin d'obtenir un devis pour votre projet

Taille de téléchargement maximum : 52.43 Mo
reCAPTCHA

Ce qui les oppose

La principale différence entre ces deux modalités réside dans la séparation entre la phase de compréhension et la phase de restitution du message. En simultanée, le temps disponible pour restituer et structurer correctement le discours dans la langue cible est extrêmement limité, voire inexistant. En consécutive par contre, l’interprète dispose de plus de temps. Il aura donc la possibilité de se détacher du discours source et d’éviter plus aisément les traductions littérales et les interférences indésirables.

Difficultés et stratégies

Certaines difficultés rencontrées et les stratégies mises en place pour les surmonter peuvent différer en fonction du type d’interprétation employé. Notamment lorsque celles-ci sont directement liées à la prise de note dans le cas de la consécutive, ou encore au chevauchement d’activités dans le cas de la simultanée. Quoi qu’il en soit, ces deux types d’interprétation ont également de nombreux points communs. Tout interprète vous confirmera qu’à l’heure de restituer un message, peu importe le mode utilisé, les chiffres, les énumérations et les noms propres représentent toujours un obstacle. Mais voici leur seul et unique point commun indiscutable : chacune à leur manière, la simultanée et la consécutive permettent à l’interprète de devenir la clé de tout échange entre interlocuteurs dont la langue et la culture diffèrent. Et c’est là que réside toute la magie de ce beau métier.

Découvrez notre agence d’interprétation.