Le défi de l’interprétation aux Jeux Olympiques

Dans un peu moins d’un an commenceront les Jeux Olympiques de Rio 2016. Avec ses délégations de plus de 200 pays et sa diffusion dans le monde entier, un tel évènement suppose des défis linguistiques de taille. Petit tour de la question des langues et de l’interprétation aux Jeux Olympiques.

L’anglais et le français, langues officielles des Jeux Olympiques

Le mouvement olympique compte aujourd’hui deux langues officielles : l’anglais et le français. Si l’anglais paraît un choix relevant du bon sens, le français semble plus anachronique. Après tout, le français n’est que la dixième langue la plus parlée au monde, loin derrière, par exemple, le mandarin, l’espagnol et l’arabe. Il s’agit en fait d’une souvenir et d’une survivance : le souvenir du français Pierre de Coubertin, fondateur des Jeux Olympiques modernes, en 1896 ; et l’écho de cette époque de la fin du XIXe siècle où le français était la langue de la diplomatie internationale.

Le français, langue olympique menacée

Cependant, les temps ont changé et d’aucuns jugent l’omniprésence du français aux Jeux Olympiques obsolète et demandent que son statut de langue officielle soit revu. Un des arguments les plus pragmatiques consiste à dire que l’utilisation de deux langues officielles (le français et l’anglais) engendre des coûts supplémentaires. On ferait mieux, disent les partisans d’une évolution linguistique des protocoles et règlements du CIO, d’utiliser l’anglais, désormais langue universelle, ainsi que la langue du pays hôte.

Les Jeux Olympiques de Rio 2016 et le défi des langues

Les Jeux Olympique de Rio se sont déjà mis en quête des 8 000 volontaires dont la mission sera d’être « la voix des Jeux Olympiques » et qui seront affectés à la section « protocole et langues ». Parmi les services linguistiques que ces volontaires proposeront figurent l’interprétation de tout ce qui se passe durant les jeux en plus de 30 langues, y compris l’amharique, langue officielle de l’Ethiopie, le swahili, (Kenya) et l’ourdou (Pakistan), ainsi que l’accompagnement des délégations venues de plus de deux cents pays.

Les Jeux Olympiques du Japon 2020 : vers l’interprétation automatique

Pour faire face aux défis de l’interprétation aux Jeux Olympiques, le comité de Japon 2020 mise sur l’interprétation automatique. Les chercheurs du Nara Institute of Science and Technology ont travaillé ces dernières années sur des logiciels permettant d’améliorer la qualité, la précision et la rapidité des interprétations du japonais vers l’anglais. Leur objectif est de développer un logiciel permettant d‘effectuer une interprétation simultanée (par opposition à l’interprétation consécutive, plus facile mais plus lente). Ce qui n’est pas sans poser des difficultés avec une langue comme le japonais qui place le verbe en fin de phrase. Les chercheurs affirment être en mesure de proposer une machine pouvant anticiper le sens d’une phrase avant que celle-ci ait été terminée… Rendez-vous dans cinq ans pour voir ce que cela donne…

Découvrez nos services d’interprétation