Jamais sans mon maté

En cette journée nationale du maté, revenons sur l’histoire et le puissant rôle social de cette boisson traditionnelle argentine.

Aujourd’hui, pour la deuxième année consécutive, la journée nationale du maté est célébrée en Argentine. L’occasion pour nous de faire un tour d’horizon du péché mignon des Argentins. En plus des festivités organisées en plein air dans les grands centres urbains du pays, l’Institut National de la Yerba Mate organisera des rencontres-débat à Buenos Aires.

Le maté, c’est quoi ?

Boisson nationale incontournable, le maté est une infusion aux multiples vertus, faite à base de yerba maté, plante de la famille Ilex. Principalement cultivée dans les régions de Missiones et de Corrientes, au nord-est de l’Argentine, les feuilles et la poudre de la plante sont exportées dans une large partie du sud du continent américain. Partout et à toute heure, les Argentins partagent le maté, munis d’un thermos d’eau chaude, d’une calebasse creuse (appelée maté, elle aussi), d’une bombilla (paille métallique dont l’extrémité fait office de filtre) et d’un grand paquet de feuilles broyées, en vente dans tous les supermarchés.

Origine

Le peuple Guarani, qui occupait le Paraguay et le nord de l’Argentine, est le premier à avoir exploité les propriétés de la plante d’Ilex. Parfois appelée thé des Jésuites, la préparation a longuement été convoitée de ce peuple qui s’est installé plus tard au long du Rio Parana Alto et a généralisé sa culture. Après l’arrivée des colons, la consommation s’est largement répandue dans toute l’Argentine, le Paraguay, l’Uruguay et le sud du Brésil. Aujourd’hui, même certains Espagnols s’essaient au culte du maté.

D’ailleurs, le goûter c’est l’adopter. C’est ainsi que la tradition a été exportée en Syrie et au Liban, lorsqu’une large population d’immigrés est rentrée au pays au 19ième siècle, convertissant la région en principal importateur de yerba à l’heure actuelle (plusieurs millions de kilos par an) !

La récolte des feuilles de yerba maté à lieu uniquement quand les feuilles sont bien mûres. Elles sont séchées et torréfiées pour leur faire perdre leur humidité et ensuite hachées pour leur donner une taille adaptée à la consommation. Avant d’être commercialisée, la yerba maté est entreposée dans des sachets de 50kg pendant 6 à 24 mois, selon l’intensité du goût que l’on souhaite lui donner.

Emblème national

Du parfait gaucho au porteño enraciné, tous les Argentins consomment et vénèrent le maté. C’est son complexe rituel de préparation et de consommation qui fait de ce symbole une véritable institution.

De l’entretien de la calebasse au partage avec son entourage, tous les gestes sont réglés comme sur du papier à musique. Il convient d’ailleurs de respecter certaines règles à la lettre. Par exemple, seul le propriétaire de la calebasse peut distribuer le récipient dans le cercle, dans l’ordre inverse des aiguilles d’une montre et celui-ci lui revient toujours avant de passer au prochain consommateur. Surtout, ne jamais le remercier et toujours vider le maté avant de le rendre au propriétaire, sinon il risquerait de croire que vous en avez assez et ne vous servira plus. Malgré cette rigueur, le partage du maté reste un réel moment de convivialité !

Bienfaits

On vous le disait en début d’article, cette infusion recèle de bienfaits pour le corps – et l’esprit ! Parmi ceux-ci, des vertus thérapeutiques, cognitives, et diététiques. Outre ses propriétés diurétiques, le maté, source de caféine, prodigue au corps un regain d’énergie et compose la base de nombreux médicaments et gélules grâce à ses propriétés qui permettent de soulager les migraines, les dépressions légères et même le diabète, quand il est consommé en juste quantité.

Grâce à son principe actif, il est prouvé que la consommation quotidienne de maté favorise la perte de poids (si celle-ci est accompagnée d’une alimentation équilibrée et de la pratique d’une activité physique régulière, bien évidemment). Il semblerait également que la yerba absorbe le cholestérol, agisse comme coupe-faim et antioxydant grâce aux vitamines A, C, E, B1 et B2 et minéraux tels que le magnésium, le potassium et le phosphore dont elle est riche.

Saviez-vous que…

Les Argentins boivent plus de maté que d’eau minérale, avec une consommation de près de 100 litres par an et par habitant (ou 6,4kg de yerba). Pour les profanes, ils en ont même fait une variante, le maté cocido, yerba en petits sachets de thé à faire infuser dans de l’eau bouillante. Les plus aguerris, eux, y ajouteront du lait ou en feront du Tereré, un maté glacé. Si vous n’avez pas d’ami argentin pour vous enseigner l’art de boire le maté, pas de panique, la yerba sert également à faire de l’encre et des teintures.

Pour en savoir plus sur la production de maté et sur ses bienfaits, rendez-vous sur les blogs de Taragüi en Argentine et de Frate Mate Club et de La Bombilla en France.